Les différents types d'ongles à risque

- L'ongle en tuile de Provence: L'ongle présente une hypercourbure transversale (plus ou moins importante) régulière de la racine au bord libre de l'ongle, les deux bords latéraux de l'ongle sont parfaitement parallèles.

- L'ongle en plicature: L'ongle présente une partie médiane normale, les bords forment avec la plaque unguéale un angle pouvant aller jusqu'à 180°

- L'ongle en volute: L'ongle présente une hypercourbure qui augmente de la racine au bord libre, les bords latéraux perdent leur parallélisme et peuvent aller jusqu'à se rejoindre, se resserrant sur l'avant et tendant à enrouler la plaque unguéale sur elle-même.

- L'ongle en éventail: C'est l'inverse de la plicature, cette forme se retrouve le plus souvent chez les touts petits.

Comment diminuer la gêne que ces déformations entraînent

- Ne rien faire!: En premier lieu s'il n'y a aucune gêne ne commencez jamais à aller couper les bords latéraux de l'ongle, c'est ce geste qui risque de vous diriger directement vers un ongle incarné, contentez-vous de couper en longueur mais de préférence pas trop court.

- L'orthonyxie: C'est un procédé indispensable dans le cas d'une déformation de l'ongle avec rechute fréquente d'ongle incarné, cette technique pratiquée par les podologues est assimilable à un ressort qui va relever les bords de l'ongle en tuile de Provence, en volute ou en plicature.

Il existe plusieurs techniques d'orthonyxie, agrafes avec crochets, fil titane, languettes en résine, gouttière insérée sous les bords latéraux pour guider la repousse de l'ongle.

On trouve maintenant dans le commerce des appareillages pour les ongles à poser soi-même avec plus ou moins de facilité et d'effet.

Dans tous les cas la réussite n'est pas toujours au rendez-vous car plus l'appareillage est tardif ou l'ongle épais plus il sera difficile d'apporter une correction.

Cela va apporter un confort pour le chaussage mais il faudra renouveler cette correction régulièrement (en moyenne tous les 6 mois).

Il faut savoir qu'il n'est pas recommandé d'appareiller un ongle mycosique ou trop fragile au risque de le casser sous l'effet de la tension qui sera appliquée.

- La chirurgie: Bien entendu cet  acte est à réserver dans les cas où tout à échoué, appareillage, soins de l'ongle incarné et surtout s'il est impossible d'enrayer l'infection.

Le chirurgien réduira alors le bord latéral de l'ongle en souffrance en ôtant la matrice afin que cette partie ne repousse plus, l'ongle sera alors plus étroit, aujourd'hui cette technique a fait ses preuves en micro-chirurgie et l'aspect esthétique est mieux conservé. 

Il faut gardé présente l'idée qu'il s'agit malgré tout d'un geste opératoire même s'il semble simple.

- Les protections: Dans les cas où il n'existe qu'une simple gêne au chaussage, sans ongle incarné il est possible de porter une protection (orthoplastie faite par le podologue, doigtier en silicone, écarteur ou séparateur d'orteil) qui éviteront les conflits avec la chaussure.



-